• Albert Fish, loup-garou de Wisteria (1925-1936

    Albert Fish, loup-garou de Wisteria (1925-1936)

    Albert Fish, loup-garou de Wisteria (1925-1936) ***      

     

    <div-container></div-container> <div-container></div-container>Sado-masochiste, cannibale, Albert Fisher a torturé et assassiné 15 enfants (officiellement) mais il a avoué une centaine de meurtres...

    Intro

    Ce tueur en série a laissé une vie entièrement dévouée aux perversions sexuelles sous toutes les formes. Pornographie, fétichisme, voyeurisme, sadisme, masochisme, flagellation active, autocastration, bestialité, prostitution, coprophilie, coprophagie et bien sûr, cannibalisme. Il aimait s'introduire des carottes et des saucisses dans le derrière avant de les manger, s'introduire des cotons imbibés d'essence dans l'anus avant d'y mettre le feu ou se fouetter au sang avec une planche truffée de clous...

    Un grand nombre de spécialistes du comportement se sont penchés sur cette existence hors du commun et tous considèrent cet individu, initié à la masturbation dès l'âge de 5 ans et attiré par le sado-masochisme deux ans plus tard, comme l'un des plus grands pervers de l'histoire du crime....


    Vie et crimes


    Il nait en 1870 à Washington dans une famille respectable mais avec un lourd passé d'alcoolisme et de maladie mentale. Son père est mort quand il avait 5 ans. Sa mère ne pouvait pas l'élever et il fut placé dans un orphelinat. Plus tard, il devint peintre, se marie et a 6 enfants. Elle le quitta pour un autre et Albert éleva seul ses enfants.

    A partir de ce moment, son envie de cannibalisme le poussa à manger de la viande crue et à en servir à ses enfants. Bien qu'il n'est pas abusé de ceux-ci , on sait qu'il les obligeait à le fouetter avec une pagaie parsemée de longs clous.

    A New York, agé de 58 ans il réponda à l'annonce d'un jeu homme de 18 ans , Edward Bud .
    Il se présenta à la ferme des Bud sous le prétexte de l'annonce de leur fils . Il était venu avec des fraises et du fromage. Il avait tout d'un homme bon, généreux et fragile. Mais lorsque il vu la petite fille des Bud , son esprit morbide bascula de façon diabolique . Il insista au près de la famille Bud d'emmener leur fille à l'anniversaire de sa nièce. D'abord rétissant, ils accèptèrent l'offre de Fish . Ils ne reverront jamais leur fille vivante. En 1930 la disparition de la fillette n'était toujours pas élucidée . Il continuera ainsi quatre ans a tué des jeunes enfants . Il sera appréhendé grâce à une lettre qu'il envoya à la famille Bud. Elle disait ceci :

    "Cher Mme Bud,

    Je suis venu chez vous , je vous ai apporté du fromage et des fraises et nous avons déjeunés. Grace s'est assise sur mes genoux et m'a embrassé . J'ai décidé de la manger et j'ai prétendu vouloir l'emmener à un anniversaire. Vous avez dit oui. Je l'ai emmenée dans une maison vide de Wechester que j'avais déjà choisi. Quand nous sommes arrivés, je lui ai dit de rester dehors. Elle cueillit des fleurs sauvages et je suis monté à l'étage , j'ai enlevé tout mes vêtements. Je savais que si je ne le faisais, pas je les tacherai de sang. Quand tout était prêt, je suis allé à la fenêtre et je l'ai appellée , puis je me suis caché dans le placard jusqu'à ce qu'elle entre dans la chambre [...] Je l'ai étranglée et puis je l'ai découpée en petits morceaux pour pouvoir emmener ma viande dans ma chambre, la cuire puis la manger. Comme son petit cul était tendre et délicieux , bien roti au four! Il m'a fallu neuf jours pour manger tout son corps . Je ne l'ai pas baisée , j'aurais pu si j'avais voulu. Elle est morte vierge ."


    Pendant les audiences, il raconta quelques crimes qu'il a commis... en voici un exemple (âme sensible s'abstenir...)

    A propos du cas d'un petit garçon, petit Billy Gaffney:
    "Je l'ai fouetté jusqu'à ce que le sang coule sur ses jambes. J'ai coupé les oreilles et le nez, agrandi la bouche d'une oreille à l'autre, sorti les yeux des orbites.(...) Enfoncé le couteau dans le ventre et y ai placé ma bouche pour boire le sang. Puis je l'ai démembré , et j'ai coupé le tronc au-dessus du nombril, et les jambes à environ cinq centimètres en dessous de son derrière. Après j'ai tranché la tête, les pieds, les bras et les jambes au-dessus du genou.(...)Je suis rentré chez moi en emportant de la viande, mes morceaux préférés, son sexe, ses rognons et un délicieux petit derrière bien grassouillet pour le rôtir au four et le dévorer. J'ai préparé un ragoût avec ses oreilles, son nez, des morceaux de visage et du ventre . J'y ai mis des oignons, des carottes, des navets, du céleri. C'était bon ! Les fesses , je les ai coupées en deux , et mises sur un plat avec sur chacune des lanières de bacon.(...) J'ai versé un demi-litre d'eau pour le jus de la sauce avant d'y mettre des oignons . (...)A intervalles fréquents, j'ai arrosé de jus son derrière avec une cuillère en bois afin que la viande soit juteuse.(...)J amais je n'ai mangé une dinde rôtie qui ait été la moitié aussi excellente que ce délicieux petit cul grassouillet.(...) J'en ai mangé pendant quatre jours. Par contre, ses petites roubignolles étaient trop dures. je n'arrivais pas à les mâcher . Je les ai jetés dans les toilettes.(...)"



    Masochiste, il s'enfonca 27 aiguilles entre les jambes et les y laissa ce qui provoqua un court-circuit lors de son exécution ce qui obligea la police à lancer autres décharges électriques . Il fut exécuté à l'age de 67 ans...

    Mode opératoire
    Sa technique est à peu près toujours la même. Il séduit les enfants en leur offrant des bonbons ou quelques pièces de monnaie. Son pouvoir de séduction sur les gosses est réel et il les emmène sans trop de difficulté dans des caves, des maisons abandonnées, des lieux retirés repérés à l'avance, et chez lui lorsque c'est possible.

    Il les réduit à l'impuissance soit en les attachant, soit en les mutilant avant de les violer , de les battre et enfin de les tuer. Souvent il les torture plusieurs jours de suite avant de les achever. Il ne les baillonne que lorsque il estime sa sécurité en jeu, car dit-il , "Je préfère de beaucoup les entendre hurler de douleur."
    Il choisit ses petites victimes de préférence parmi la population noire des ghettos car il a remarqué "que les autorités ne s'inquiètent guère de la disparition d'enfants noirs ".

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :