• Fusillade du lycée Columbine

    Fusillade du lycée Columbin

    <h2-title></h2-title> <h2-title></h2-title> 

    Fusillade du lycée Columbine
    <div-container></div-container> <div-container></div-container> 


    Vue satellite du lycée de ColumbineDès 1996, Eric Harris créa un site internet dont l'objectif initial était de diffuser des niveaux du jeu Doom, créés par lui et Klebold, mais le website devint rapidement une sorte de journal intime de Harris dans lequel celui-ci mettait en ligne ses sentiments envers ses camarades et ses amis. Au fil des mois, le ton devenait plus violent et la méfiance de Harris envers la société plus évidente. Harris commença à publier des méthodes de fabrication d'explosifs. Lorsqu'en 1997 Harris publia sur son site des menaces de mort concernant une de ses connaissances, les parents de ce dernier portèrent plainte et une enquête fut ouverte. Michael Guerra, l'adjoint du shérif du comté, découvrit que Harris avait publié une liste des personnes à abattre en premier au lycée de Columbine, et que la teneur de ses propos était généralement d'une grande violence. L'idée de mourir ou de tuer ceux qui ne l'aimaient pas était clairement présente dans les écrits de l'adolescent. Guerra rédigea un rapport qui resta lettre morte et dont on n'apprit l'existence qu'en 2001, deux ans après le massacre, grâce à l'émission télévisée 60 minutes pour convaincre. À noter également que Eric et Dylan avaient été face au juge après le "January incident" (appelé ainsi par les deux), où ils avaient volé du matériel informatique d'un van. Il fut mis en avant par le juge que les deux jeunes avaient besoin d'une aide psychologique.

    Une fois l'existence de ce rapport connue, une série d'enquêtes furent menées concernant le comté de Jefferson. On apprit alors que quelques jours après le massacre de Columbine, de hauts responsables du comté s'étaient réunis en secret et avaient décidé de ne pas rendre publique l'existence de ce rapport. On se rendit compte que les fichiers de l'inspecteur Guerra concernant ce dossier avaient disparu des ordinateurs du comté. On parvint finalement à retrouver des copies partielles de ces fichiers mais les originaux semblent à ce jour perdus.

    En janvier 1998, Harris et Klebold furent arrêtés après avoir volé du matériel informatique dans un van. Ils furent soumis à une obligation de soins psychiatriques qui durèrent deux mois. Il semblerait que Harris et Klebold aient pris la décision de planifier le massacre peu de temps après cet épisode. Une chose est certaine : la fusillade de Columbine a été décidée de longs mois avant son exécution et son déroulement a été élaboré avec précision. Harris et Klebold se sont préparés à une action efficace et savaient qu'ils ne survivraient pas à leur action. Ils étaient aussi conscients de l'image que les médias et l'opinion publique donneraient d'eux et s'en excusèrent par avance dans une vidéo destinée à leurs parents, enregistrée peu avant le massacre. Harris retira la plupart des pages de son site internet, laissant toutefois en ligne les sections consacrées aux armes à feu et à la fabrication artisanale d'explosifs. Ils se procurèrent peu à peu l'arsenal nécessaire à leur entreprise. Une amie de Klebold les aida à se procurer une partie des armes et ils commencèrent à préparer des explosifs artisanaux, puisant la plupart du temps leurs informations de sites internet. Les journaux intimes et vidéos des deux garçons retrouvés après le drame permirent de suivre a posteriori l'évolution et l'élaboration des plans des deux adolescents qui ont un temps prévu de commettre d'autres attentats ou de fuir par le Mexique

    Le mardi 20 avril 1999, Eric Harris et Dylan Klebold arrivèrent au lycée Columbine au volant de deux voitures différentes. Ils s'équipent et se rejoignent peu après. Pendant que Eric déchargeait les sacs de sport de sa voiture, un lycéen, Brooks Brown (celui-même qui était à l'origine de la plainte contre Harris suite à des menaces de mort) aperçut Eric Harris et tenta de discuter avec lui. Harris lui conseilla de ne pas rester dans les parages, arguant du fait qu'il "l'aimait bien". Eric et Dylan se postèrent en deux points stratégiques offrant une bonne vue sur la cafétéria du lycée et contrôlant les deux principales sorties. Une bombe artisanale, qu'ils avaient placée dans un champ proche du lycée, explosa comme prévu à 11h14. Le but était de créer une diversion et de mobiliser pompiers et police à ce moment. Les pompiers parvinrent rapidement à éteindre le feu créé par l'explosion.

    Harris et Klebold pénétrèrent alors dans la cafétéria du lycée pour y placer deux charges explosives de 9 kg chacune. La vidéo de surveillance de la cafétéria n'a pas enregistré ce moment-là, l'opérateur étant alors en train de changer de bande. Une fois les charges (dissimulées dans de grands sacs) placées, Harris et Klebold ressortirent et reprirent leurs places près de leurs voitures. Les explosifs étaient assez puissants pour détruire la cafétéria voire faire effondrer la bibliothèque située au premier étage. Harris et Klebold devaient garder les sorties afin d'éliminer les lycéens survivants qui tenteraient de s'échapper.


    Les explosifs ne fonctionnèrent pas. Après s'être consultés, Harris et Klebold décidèrent d'entrer dans la cafétéria. À 11h19, un témoin entendit Eric Harris crier "Go! Go!". Les deux adolescents se dirigèrent alors vers la cafétéria du lycée et l'attaque à proprement parler commença. Ils lancèrent une bombe incendiaire et firent feu. Rachel Scott et Richard Castaldo, deux lycéens prenant leur déjeuner sur les pelouses du lycée, furent les premières victimes. Castaldo fut grièvement blessé et Scott tuée par les deux forcenés.

    Harris et Klebold tirèrent alors sur un groupe de trois lycéens venant vers eux, puis s'en prirent à des groupes de jeunes et de sportifs déjeunant sur les pelouses du lycée. Une enseignante, Patti Nielson, pensant que Harris et Klebold tournaient une vidéo amateur, les interpella et leur demanda d'arrêter. Harris lui tira une balle dans l'épaule et Patti Nielson se réfugia dans la bibliothèque où elle parvint à prévenir la police par téléphone.

    Dave Sanders, à la cafétéria avec des centaines d'élèves à ce moment, leur raconta ce qu'il se passait et reconduisit les élèves dans leur classe pour s'y mettre sous les tables. Un premier officier de police se rendit rapidement sur les lieux et essuya un échange de tirs de Harris et Klebold. L'alerte était alors donnée et les autorités, bien que dépassées comme le montrent les enregistrements de leurs échanges radio, savaient qu'une fusillade était en cours au lycée Columbine.

    Harris et Klebold se dirigèrent vers la cafétéria du lycée puis traversèrent les couloirs, tirant sur ceux qu'ils rencontraient sans distinction. C'est à ce moment que Dave Sanders prit une balle de fusil a pompe dans le dos, tirée par Dylan Klebold. Les deux élèves pénétrèrent dans la bibliothèque où se cachaient sous les tables une quarantaine de lycéens et l'enseignante Patti Nielson. Harris hurla "Get up!" ("Debout!") assez fort pour qu'on puisse l'entendre sur l'enregistrement de l'appel que Patti Nielson passait alors à la police (enregistrement audio de l'appel au 911). Harris et Klebold demandèrent aux garçons portant une casquette blanche de se lever (il était de coutume de porter une casquette blanche chez les sportifs du lycée de Columbine). Personne ne se levant, les deux adolescents commencèrent à traverser la bibliothèque, tirant sur les élèves cachés sous les tables, discutant avec certains avant de les abattre ou de les laisser partir (comme John Savage) et commettant alors le plus gros de leur massacre : dix victimes périrent alors en sept minutes. Ils lancèrent également plusieurs pipe bombs, bien que nombre d'entre elles n'aient pas fonctionné.

    Au bout de plusieurs minutes, visiblement lassés, Harris et Klebold se concertèrent sur les actions alors à mener (tuer aux armes à feu ne les excitait plus, ils évoquèrent l'idée de se servir de couteaux). Dave Sanders venait de décéder quelques minutes après avoir été touché. Aaron Ancley, un élève, avait tenté de le garder conscient, sans réussite. À 11h42 ils quittèrent la bibliothèque et se rendirent à la cafétéria qu'ils vandalisèrent puis errèrent dans les couloirs du lycée, terrorisant les élèves cachés dans leurs salles de classe ou dans les toilettes en les menaçant de mort mais sans toutefois se servir à nouveau de leurs armes. Vers 12h00 ils retournèrent à la bibliothèque d'où toutes les victimes, excepté deux blessés, avaient fui. Après quelques échanges de coup de feu avec les policiers situés à l'extérieur, ils se suicidèrent à 12h08.

    Certaines des victimes blessées resteront cachées jusqu'à ce que la police investisse les lieux vers 15h30.




    The HOPE Columbine Memorial Library, Bibliothèque mémorial aux victimes de la fusilladeLa fusillade de Columbine provoqua une onde de choc très importante dans la société américaine. Le président Bill Clinton s'adressa solennellement à la nation le jour même du drame. De longues scènes ont été filmées par des caméras de sécurité et peuvent témoigner de la terreur interminable qui a régné dans l'école. La chronologie du drame a immédiatement été reprise par plusieurs télévisions (ce qui était prévu par Harris et Klebold), et la nouvelle a vite été suivie d'une vague d'indignation et d'interrogations.

    Les commentateurs, la presse et l'opinion publique à la recherche d'une explication et de responsables ont rapidement pointé du doigt l'impact des jeux vidéos ultra-violents sur les jeunes. La musique gothique, en particulier celle de Marilyn Manson, a été pointée du doigt avant que l'on ne s'aperçoive que les deux assassins n'aimaient pas Manson. Ce qui est interpellant ici est que justement les médias cherchent toujours à trouver un bouc-émissaire, refusant obstinément de pointer du doigt le lobby des armes à feu, très puissant aux État-Unis, et prônant la libre circulation des armes en vertu du 2e amendement. Marilyn Manson, star de la musique métal, avait été une cible évidente. Manson contra cette attaque en se faisant interviewer par Michael Moore pour son documentaire Bowling for Columbine. Michael Moore lui demanda ce qu'il aurait fait s'il avait pu rencontrer Harris et Klebold avant le massacre. Il répondit « Je n'aurais rien fait, je les aurais déjà écoutés, ce que personne n'a fait ».

    Au-delà des interprétations rapides des premières semaines, l'Amérique dut s'interroger sur certains des problèmes que le drame de Columbine révélait mais dont il n'était qu'un spectaculaire exemple. La sécurité dans les écoles fut améliorée. Le débat sur le contrôle des armes à feu, récurrent aux USA, prit un nouveau souffle : s'il est impossible d'expliquer pourquoi Harris et Klebold ont commis cette fusillade, la très grande facilité avec laquelle ils se sont procurés les armes à feu qui leur étaient nécessaires a choqué le pays et reposé, de manière insistante, la question du contrôle des armes.

    Deux « cultes » émergèrent : celui de Cassie Bernall, l'une des victimes. Selon certains témoignages, l'un des tueurs a braqué son arme sur sa tempe et a dit « tu crois toujours en Dieu ? » et, si l'on en croit ses parents, elle aurait répondu : « oui » avant de mourir. Les parents de Cassie ont écrit un livre She said yes pour faire reconnaitre leur fille comme morte pour sa foi et lui donner un peu un statut de martyr. Cependant aucun des élèves présents dans la bibliothèque n'a entendu clairement la réponse de Cassie. L'autre culte, plus clandestin, est dédié aux tueurs eux-mêmes car il s'est avéré très vite que les deux garçons étaient les têtes de turc de leurs camarades de classe, et qu'ils étaient rejetés par ces mêmes camarades parce que « différents » (cette idée est contestée) ; ainsi ils sont devenus les idoles de certains souffre-douleurs (entre autres, Cho Seung-hui à l'université Virginia Tech).




    Harris et Klebold étaient lourdement armés.


    Intratec TEC-DC9
    carabine Hi-Point 995 9 mmArmes de Dylan :
    Intratec TEC-DC9 (55 coups de feu),
    un fusil Stevens 311D 12Ga. Double Barrel,
    différents couteaux.
    Armes d'Eric :
    un fusil à pompe Savage-Springfield 67H 12Ga (25 coups de feu)
    une carabine Hi-Point 995 9 mm. (96 coups de feu)
    couteau de chasse
    Tous deux avaient emmené un grand nombre de bombes dans des sacs à dos et sacs de sport : bombe au propane (15), « pipe bombs » (27), cocktails Molotov (7) et bombes au CO2 (49, dont une sous forme de roquette).

    Les deux auteurs du massacre étaient marginaux : portant trench-coats noirs, vêtements militaires. Ils filment leur quotidien, faisant parfois des courts-métrages, comme Hitman for Hire, racontant l'histoire de deux tueurs à gages louant leurs services aux têtes de turcs contre de l'argent. Ils tuent ceux qui les embêtent et c'est fini. Mais c'est aussi par leurs idées qu'ils se mettent en avant : le 20 avril, Eric avait un tee-shirt blanc, avec écrit « natural selection ». Eric disait que cette théorie était la meilleure et qu'il fallait l'instaurer à tout prix. Ils portèrent ce jour ci principalement des vêtements militaires (rangers, brelage, pantalon de combat) ainsi qu'un long trench-coat noir.

    On retrouva dans une des bottes de combat de Dylan Klebold un médaillon avec faucille et marteau, symbole du communisme. Eric Harris avait pour idole Adolf Hitler, l'attentat eu d'ailleurs lieu le jour du 110e anniversaire de ce dernier.

    Parias de leur lycées, où ils étaient traités de "phénomènes de foire" (freaks) ou de "pédales" (fagot), on peut voir là une probable raison à cet acte meurtrier.




    Le juge Lewis Babcock rejeta la plainte de parents de victimes contre plusieurs compagnies de production de films et de jeux vidéo. Le juge a estimé que les producteurs ne pouvaient pas prévoir que leurs œuvres allaient directement inspirer les deux adolescents de Littleton. Étaient notamment visés les producteurs du film Basketball Diaries de Scott Kalvert, que les deux jeunes évoquaient souvent.

    De plus, Dylan Klebold avait écrit dans son journal que les groupes de musiques, les films et les jeux vidéo n'étaient pas responsables de ce qu'il était.

    ne


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :