• Le mystere Du Loch Ness

    Le mystere Du Loch Ness

    Le mystere Du Loch Ness
    <div-container></div-container> <div-container></div-container>Nessie Le Monstre du Loch Ness.
    Aperçu pour la première fois en l'an 560, le monstre du Loch Ness (appelé Nessie) est aujourd'hui connu dans le monde entier. Pourtant, l'engouement pour ce phénomène est assez récent puisqu'il n'a été dévoilé au grand public que dans les années 1933-1934. Cependant, on signale aussi des apparitions en d'autres pays, donnant lieu à de nombreuses recherches. Malgré de nombreuses pistes plus ou moins sérieuses, l'existence de ce monstre lacustre reste encore un mystère... Historique Bien que la relation de l'existence de cette créature date du Moyen Age, personne n'est en mesure de dire si Nessie est bien réel et s'il s'agit bien d'un animal inconnu. Déjà au XIXe siècle, l'existence de quelque chose au fond du lac était connue, les parents interdisant aux enfants de se baigner dans le loch par crainte du Kelpie (esprit malin à tête de cheval rodant dans les lacs). En 1934, le journaliste Rupert Gould avance l'hypothèse qu'il s'agirait d'un spécimen isolé prisonnier du lac, mais certains témoignages font état de la présence de plusieurs monstres en même temps. Depuis le XXe siècle, bien que de nombreuses observations de témoins soient rapportées, les multiples recherches scientifiques effectuées (Pisces en 1969, Yellow Submarine en 1972 et enfin Deepscan en 1987) n'ont jamais donné de résultats, tout au plus quelques échos sur des sonars, la plupart du temps peu convaincants, sauf en de rares occasions (en 1972, leurs sonars repèrent des objets animés de dix à douze mètres de long, durant plusieurs minutes, près de La Baie d'Urquhart). Cependant, curieusement, des sonars plus perfectionnés ne donnèrent aucun résultat. Récemment, des constructions d'origine humaine auraient été découvertes au fond du lac. Il faut cependant savoir que d'autres monstres du même genre ont été observés en différents endroits du globe (Chine, Afrique, Amérique). Ils ont eux aussi fait l'objet de nombreuses recherches qui n'ont, elles non plus, pu prouver qu'il existait bien un animal inconnu dans ces environs. Cependant, chaque année de nouvelles recherches ont lieu avec du matériel de plus en plus sophistiqué. Pour en revenir au Loch Ness, la dernière observation a permis de repérer de mystérieux grognements sous la surface du lac. Même si aucune image de Nessie n'a pu être prise... Apparitions et supercheries Parmi toutes les apparitions rapportées par les témoins, beaucoup trouvent une explication rationnelle et d'autres sont des supercheries. Ainsi, la plus célèbre photo de Nessie prise par le gynécologue Robert Kenneth Wilson et connue dans le monde entier est un faux. De nombreuses autres photos semblent être fausses, en particulier celle où l'on voit Nessie en couleur (le nom de la personne ayant prise la photo est inconnu) ou celle où l'on verrait le dos du monstre près du château d'Urquhart. La plupart du temps, le négatif de ces photos a été manipulé. Aujourd'hui, les supposées photos montrant des monstres sont analysées par ordinateur pour éviter les faussaires. Prise par Robert Kenneth Wilson le 19 avril 1934, cette photo est la plus connue de toutes les photohraphies censées montrer le monstre du Loch Ness. Elle a suscité de vives controverses. Cependant, certains témoignages méritent d'être pris en considération. C'est notamment le cas pour la vidéo de Tim Dinsdale en 1960, montrant un étrange sillage à la surface du lac qui pourrait être provoqué par un objet animé de plusieurs mètres de long. En 1965, Ian Cameron, ancien chef de la police des Highlands signale une apparition de plus d'une heure du monstre. Ses dires sont confirmés par des pêcheurs et quelques inconnus qui se promenaient de l'autre côté du lac. Enfin, en 1992, la vidéo d'un visiteur du château d'Urquhart impressionne le zoologiste Peter Meadows qui estime qu'elle peut effectivement montrer une chose vivante. Les témoignages visuels sans photos sont cependant les plus nombreux et la plupart d'entre eux sont crédibles. Cependant, beaucoup d'autres sont montés de toutes pièces par des personnes désireuses de lire leur nom dans le journal. Il faut cependant avouer que sur une centaine de témoignages, seulement 1 à 2 % ne peuvent trouver une explication rationnelle. Il faut enfin noter que certaines apparitions ont lieu aussi sous l'eau ! C'est ainsi qu'en 1972, un plongeur raconta avoir vu une énorme grenouille alors qu'il explorait l'épave d'un chalutier. Certains pêcheurs trouvent leurs filets déchirés. Enfin, près du lac Champlain, de nombreux fermiers se plaignaient de la disparition de leurs moutons ; d'après certaines traces, les corps auraient été traînés vers le lac. Plus fort encore à propos de ce monstre, ce dernier aurait été tué en août 1873, mais étrangement, on ne retrouva jamais la carcasse de la bête malgré la récompense de cinq mille dollars promise par Barnum. Description du monstre Une des rares photographies où un élément du décor (en l'occurrence la tour de Fort Augustus) permet d'avoir un ordre de grandeur de l'objet concerné (Nessie ?). Prise par P. A. MacNab, prise le 29 juillet 1955. D'après les différents témoignages, les enquêteurs du Bureau d'investigation du Loch Ness on put dresser un portrait du monstre : il mesurerait entre quatre et cinq mètres de long (les sonars donnèrent cependant des échos représentant des objets en mouvement de dix mètres de long), un mètre de large et deux mètres de haut. Contrairement à ce que l'on crût au début, le monstre ne serait pas un descendant du plésiosaure, mais plutôt un mammifère. Bernard Heuvelmans (le fondateur de la cryptozoologie) parle d'une "otarie à long cou capable de respirer sous l'eau grâce aux périscopes qui prolongent ses narines". De plus, la présence de poils sur la bête, aperçus pas plusieurs témoins, prouvent qu'il ne peut s'agir ni d'un reptile, ni d'un poisson. Quant à sa couleur, il est souvent décrit gris ou brun. Tous les témoignages s'accordent pour dire que la bête possède un long cou grêle, une queue massive, un dos arqué et quatre nageoires en pointes de diamant. Les grandes différences sont les dimensions du monstre. Pour certains témoins, le monstre mesurerait dix mètres, pour d'autres, beaucoup moins (quatre à cinq mètres). Cependant, ces différences de tailles peuvent s'expliquer par la présence probable de plusieurs monstres dans ce lac (au moins une famille puisque Nessie semble pouvoir traverser les siècles). Le monstre Ogopogo, du lac Okananga, lui, ressemble plutôt à une petite baleine nageant sur le côté. Sa queue, en forme de fourche, rappelle d'ailleurs celle d'une baleine qu'on appelle plus communément Zeuglodon, également connu sous le nom de Basilosaurus. Plésiosaure. Où se cache le monstre ? Une question se pose tout de même. Le monstre n'étant sûrement pas immortel, pour qu'on puisse le voir depuis plusieurs siècles il doit avoir au moins une famille de cinq individus. Le fait que, selon différents témoignages, les tailles diffèrent, semble conforter cette théorie. Cependant, en imaginant que le monstre pourrait rester en apnée vingt-quatre heures (le cachalot ne peut rester qu'une heure en apnée), il devrait remonter à la surface trois cent soixante-cinq fois par an et en supposant qu'il y ait cinq monstres, on devrait avoir à peu près mille huit cent vingt-cinq apparitions par an ! Or, on n'en relève que 10 à 20 par ans, voir beaucoup moins. Il faudrait commencer par savoir à quoi ressemble le lac. Il s'étend, sur un axe sud-ouest/nord-est sur 37 km environ, depuis Fort Augustus jusqu'à proximité de la ville d'Inverness. Le lac a une largeur moyenne de 2 km environ et sa profondeur maximale atteint 230 m. C'est un lac d'eau douce et froide. On a longtemps cru que ce lac possédait de très nombreuses cavernes sous-marines pouvant servir de refuges à Nessie. On sait aujourd'hui, que le lac ne dispose que de quelques failles et que certaines d'entre elles conduisent à la mer. Selon certaines personnes, Le Loch Ness ne serait qu'une "résidence secondaire" du monstre qui, par un réseau de tunnels sous-marin, pourrait passer du lac à la mer et inversement. À savoir aussi que me monstre a déjà été vu plusieurs fois sur la terre ferme comme ce fut le cas entre 1820 et 1830. Certains pensent que les Krakens des légendes nordiques pourraient être en fait des "cousins" du Nessie. En relevant sur une carte du Loch Ness les positions où le monstre a été vu, on remarque que le plus grand nombre d'apparitions a lieu près des embouchures des différentes rivières qui conduisent à la mer, particulièrement en été. Cependant, Nessie n'a encore jamais été vu dans une rivière ! Un autre détail, l'Écosse possède d'autres lacs non loin du Loch Ness qui posséderait aussi un monstre. Le Nessie pourrait-il changer de lac de temps à autre (ce qui expliquerait le faible nombre d'apparitions dans le Loch) ? Photographie subaquatique prise le 20 juin 1975 par Robert B. Rines. Certifiée authentique. Les différentes explications La première explication des scientifiques est aussi la plus décevante pour les amateurs de monstres lacustres : il n'y a rien dans le Loch Ness. En effet, les gens croiraient voir un monstre alors qu'en fait ils apercevraient autre chose : une loutre, un morceau de bois aux formes étranges, etc. Certains scientifiques avancent même que la température de l'air peut déformer la vue des témoins voyant alors une otarie à long cou. Pour expliquer parfois des bulles crevant la surface du lac, certains morceaux de bois rempli de gaz couleraient au fond du lac en laissant échapper le gaz qu'ils contiennent, formant ainsi des bulles qui remonteraient à la surface. Afin d'expliquer la vision du monstre possédant un long coup, les scientifiques ont avancé l'explication suivante : les Vikings ont débarqué très tôt sur les côtes écossaises et leurs drakkars étaient suffisamment fins pour passer des rivières au lac. Certains scientifiques pensent que des épaves de ces bateaux peuvent reposer au fond de l'eau et remonter de temps à autre au gré des courants, donnant alors l'illusion qu'un animal au long cou sorte de l'eau. Enfin, la dernière explication est aussi la plus séduisante : il y aurait bien un animal inconnu au fond du lac. Photographie de Nessie prise le 12 novembre 1933 par Hugh Gray. Certifiée authentique. Disparitions inexpliquées Aucune victime de monstres aquatiques n'a jamais été officiellement recensée. Mais peut-être les monstres préfèrent-ils garder leur secret et ne laisser aucune trace de leur victime ? "C'est ce que prétend la légende depuis longtemps, explique Loren Coleman : les lacs garderaient les corps. En 1975, deux personnes se sont noyées dans le lac Pohénégamook, au Québec. On ne les a jamais retrouvées. On dit qu'elles auraient été tuées par Ponik, le monstre qui habite dans les grottes subaquatiques. De même, Nessie a été accusé d'avoir dévoré plusieurs baigneurs. De fait, il est vrai que certains corps n'ont jamais refait surface." Ainsi, le lac Traun, est censé abriter une "dame du lac". D'après Otto Graber zur Stein, elle "chevauchait souvent un monstre aquatique qui ressemblait à un cheval écorché.". Les promeneurs assurent que, de mémoire d'homme, plus de cent bossus auraient péri dans les eaux du lac. Les pêcheurs affirment également que cette femme aurait attiré plusieurs de leurs compagnons dans des abysses dont ils ne seraient jamais revenus." Comment de telles créatures auraient-elles pu survivre pendant des siècles, changeant de forme et de comportement, se promenant sur terre et sur l'eau ? Les cryptozoologistes signalent que si les surnoms qu'on leur donne suggèrent des individus isolés, ces animaux, s'ils existent vraiment, appartiennent sans doute à un même groupe, une même colonie, ce qui expliquerait leur apparente longévité. Pourtant, les sceptiques s'obstinent à croire que les profondeurs ombrageuses d'où émergent ces monstres ne sont en fait que les ténèbres de l'esprit humain... Sur le même sujet Autres monstres célèbres Cependant, le Loch Ness ne semble pas être le seul lac à abriter un animal inconnu. Des monstres du même type ont été signalés sur d'autres continents tels qu'en Chine (où le monstre est nommé Ikeda), en Afrique, en un autre endroit d'Europe (Autriche dans le lac Traun, France dans la Saône) et enfin en Amérique. Le plus connu est le monstre Champ (du lac Champlain) dont on possède de nombreuses photos en couleurs prises par Alexandra Mansi qui vit encore aujourd'hui au bord du lac et qui prétend avoir assisté aux cabrioles de ce monstre plus de cent fois. Champ se montrait au moins une fois par jour jusqu'en 1970, lorsqu'on commençait à parler d'une créature ressemblant plutôt à Nessie. Signalons enfin le monstre Ogopogo du lac Okanagan, au Canada. Cependant, ce monstre ne fut aperçu qu'une fois et malgré de nombreux témoignages visuels certains doutent sur l'authenticité de ce monstre du fait de l'absence d'écho sonar, de vidéos ou même de photos... Cela permit malgré tout de faire de ce site un grand lieu touristique. Le tourisme est d'ailleurs, pour l'Écosse, la première source de revenus du pays, qui reçoit en moyenne quelques millions de visiteurs chaque année. Enfin, il faut savoir que tous les monstres ne se ressemblent pas. Ainsi, le lac Tianchitianchi en Chine, abriterait un monstre doré, possédant deux têtes, une corne et un long cou. Mais généralement, les visiteurs qui tentent d'apercevoir ce monstre doivent se contenter de repartir avec un t-shirt ou un porte-clefs à l'effigie de la créature. Aussi, Champ n'avait pas la même allure que Nessie avant 1970 : il était décrit comme un énorme serpent d'eau possédant des écailles, deux rangées de dents, un capuchon et une espèce de cape semblable aux cirés que portent les marins. Bien qu'aujourd'hui, il ne semble pas possible d'affirmer l'existence de créatures inconnues dans les lacs, certains scientifiques avancent de nombreuses hypothèses pour expliquer certaines apparitions. Malgré tout, certaines ne peuvent s'appliquer à tous les lacs et d'autres n'expliquent pas le type curieux de quelques apparitions (comment expliquer le sillage d'un objet animé sous l'eau).

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :