• Les Superstitions

    Les  Superstitions  
         

    Cette page est consacrée aux mystères des superstitions qui ont traversées la nuit des temps pour parvenir jusqu'à notre présent. Je vais essayer ce soir d'en expliquer l'origine souvent loin de ce que les gens imaginent ....

     

    Le chat noir

    Combien de grand-mères se signent au passage d'un chat noir. Ils ont si beaux pourtant, surtout lorsque deux émeraudes leur servent de regard..... Je ne pense pas que cette peur vienne du fait qu'il était un dieu en Egypte et le compagnon de Diane "Déesse de la chasse" mais également "de la nuit". Non c'est plutôt que de tous temps le chat noir fut l'animal choisit par les Sorcières et parait-il par le Diable lui-même.

     

    Passer sous une échelle

    Pour moi celà me parait risqué, surtout si un peintre maladroit tache définitivement vos vêtements. Mais les "spécialistes" qui se sont longuement penché sur le problème vous diront que l'échelle forme un triangle soit avec le mur auquel elle est appuyée, soit avec le sol lorsqu'elle est double et ce triangle serait l'emblème de la Sainte Trinité (le Père, le Fils et le Saint-Esprit). Traverser ce triangle serait donc un sacrilège entraînant bien sur la malédiction.

    Ces mêmes spécialistes vous rappellent qu'une échelle était appuyée sur la Croix du Christ lorsqu'il fut crucifié, mais il paraîtrait également que la loi (en France et en Angleterre) obligeait jadis les condamnés à mort à passer sous une échelle ??

     

    Le chiffre "13"

    La cène, le dernier repas de Jésus, douze apôtres plus le messie. Parmi ces douze apôtres un traitre, Judas qui depuis donne son nom à toutes les trahisons, le pauvre. Combien de maîtresses de maison ont fait des pieds et des mains pour inviter le quatorzième à leur table. C'est peut-être ridicule mais je suis la première à ne jamais réunir 13 personnes à table, on ne sait jamais ....

     

    Casser un miroir

    Pour cette superstition deux solutions qui pour moi se valent au royaume des croyances, à vous de choisir:

    Le miroir était jadis connu par les anciens pour être le refuge des esprits et bien sûr avec l'habituel optimisme lié aux superstitions, il ne pouvait être question que de la libération d'un esprit mauvais, c'est dommage il y en a plein de très sympa....

    Le miroir fait vivre notre double et en le cassant nous tuons cette image qui est parait-il vitale pour nous !!

     

    Toucher du bois

    Les anciens accordaient au bois un pouvoir magnétique nous mettant directement sous la protection des dieux. Il est vrai qu'en touchant le bois un sentiment de vie et de chaleur vient en vous, sont-ce les dieux ou tout simplement la chaleur du soleil, à vous de me le dire.

     

    Jeter du sel par-dessus son épaule

    Renverser une salière porte malheur et il faut immédiatement en jeter une pincée par-dessus son épaule GAUCHE afin de conjurer le mauvais sort. Depuis toujours le sel a été investit de pouvoirs mystérieux. Certains pensent que du sel dans le lit conjugal est sujet à conflit, mais je ne vois pas vraiment comment du sel arriverait jusque là .... Non pour moi je préfère croire comme les anciens que le sel ayant pouvoir de conservation peut s'opposer aux actions des êtres maléfiques qui pourrissent tout.

     

    Le fer à cheval

    Chez nos ancêtres le fer venait du ciel sous forme de météorites et celà portait bonheur de l'accrocher au-dessus de la porte d'entrée, tourné vers le haut afin d'attirer la chance sur la maison. Pour ma part, je me souviens de l'aimant en forme de fer à cheval qui servait à ma Grand-mère pour ramasser ses épingles après une journée de couture, ainsi la chance tels ces petits bouts de métal est attirée par le fer sur la maison ....

     

    Le pain retourné

    Combien d'enfants n'ont-ils pas été grondés quand ils ne posaient pas le pain à l'endroit sur la table. Et c'était des: "çà porte malheur" et "qui ne met pas le pain dans le bon sens ne sait pas le gagner". Et bien non, mais cette dernière superstition n'en est pas une, c'est plutôt le reflet d'une peur, d'une crainte.... En des temps reculés, sous le règne de nos Rois, un personnage en France représentait le pouvoir suprême de donner impunément la mort : Le bourreau. Les gens étaient impressionnés puisqu'il était investit du pouvoir royal, mais surtout il faisait peur .... Alors chez le boulanger et pour rassurer le reste de la clientèle, le pain du bourreau était retourné afin que nul à part lui ne puisse le  toucher.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :