• PETER WILLIAM SUTCLIFFE

    PETER WILLIAM SUTCLIFFE

    PETER WILLIAM SUTCLIFFE
    <div-container></div-container> <div-container></div-container>Peter William Sutcliffe, né le 2 juin 1946 à Bingley près de Bradford, surnommé l'éventreur du Yorkshire (Yorkshire Ripper), il a sauvagement assassiné 13 femmes et a agressé sept autres dans le nord de l'Angleterre entre 1975 et 1980, mettant tout le pays en état de choc. Durant près de six ans, il a fait régner la terreur, tenant en échec la plus importante armée policière jamais levée contre un seul homme.

    Les victimes étaient toutes tuées de la même façon, Sutcliffe leur donnait des coups de marteau sur la tête et les achevait à coups de couteau.
    Il tuait essentiellement des jeunes prostitués, c'est pourquoi PETER SUTCLIFFE fut surnommé «L'éventreur du Yorkshire», faisant allusion au célèbre tueur en série «Jack L'éventreur». Sur les 13 victimes, 5 n'étaient pas des prostitués, 4 d'entre elles étaient des jeunes étudiantes (une de 16 ans, une de 19 ans, 2 de 20) et une fonctionnaire de 47 ans.

    Il fut arrété en janvier 1981, la confession de Sutcliffe à la police dura 17 heures. Quand on lui demanda pourquoi il avait fait cela, il répondit qu'il avait commencé à tuer en 1969 parce qu'une prostituée lui avait escroqué dix livres. (A cette époque il vivait une crise de jalousie, sa femme l'avait trompé et peu de temps après il surprit sa mère tromper son père), il avait besoin de la compagnie d'une prostituée. L'expérience fut catastrophique. Il n'eut pas de rapport sexuel avec la fille mais celle-ci le roula. «Je me sentais offensé, humilié et embarrassé. Une haine m'envahit pour les filles de son espèce».


    ARRESTATION

    Janvier 1981, la police faisait leur ronde de nuit, ils virent Olivia Reivers monter dans une Rover V8 3500. Ils décidèrent d'intervenir, le chauffeur, trapu et barbu, déclara se nommer Peter Williams et être propriétaire de la voiture. Il descendit précipitamment et demanda à satisfaire un besoin naturel pressant. Il s'éloigna dans l'obscurité et sorti de son manteau un marteau à pannes rondes et un couteau et les cacha dans les buissons, il revient ensuite vers sa voiture. Les policiers s'étaient aperçus que les plaques d'immatriculation étaient fausses et maquillées. Ils l'embarquèrent au poste de police d'Hammerton Road pour l'interroger. La police avait comme indice, une trace de chaussure laissée sur le corps d'une des victimes, pointure 41 et un groupe sanguin du type B. Le chef de la police décida d'aller sur le lieu de l'arrestation où il prit quelques minutes pour retrouver le marteau et le couteau que Sutcliffe avait caché dans les buissons, il s'aperçut également que l'homme était du groupe B. Il retourna interroger Sutcliffe toute la matinée du dimanche sur divers sujet sans aborder les meurtres de l'éventreur. Au début de l'après-midi, il lui parla du marteau et du couteau trouvé à Sheffield (lieu de son arrestation). Peter demeura silencieux. Le chef de la police le poussa: «je crois que vous allez avoir des ennuis, de sérieux ennuis». Peter répondit: «je crois que vous avez trouvé l'éventreur du Yorkshire».

    SON ENFANCE

    Sutcliffe à sa naissance ne pesait que 2,2 kg, il était un enfant timide et un adolescent renfermé, Il était considéré comme quelqu'un de bizarre – mais même son regard noir et inquiétant ne pouvait laisser deviner à quel point il était étrange.
    Il était un enfant chétif toujours attaché à sa mère. A 15 ans il était encore excessivement attaché à sa famille et plus particulièrement à sa mère. Il passait des heures dans la salle de bain pour se pommader sans pour autant montrer un quelconque intérêt pour les filles. Il lui arrivait également de s'enfermer trois ou quatre heures dans les toilettes.
    Quand il s'asseyait, il se tenait raide, ne bougeant que les yeux quand on lui parlait comme s'il avait le torticolis alors qu'il n'en était rien.
    Aux yeux de sa famille, Peter était doué et assez beau, mais les filles n'étaient pas attirées par lui.
    Un soir il rencontra Sonia dans un pub, elle était calme, réservée et introvertie tout comme Peter, après 8 ans de fiançailles ils décidèrent de se marier.
    Peter travaillait comme fossoyeur au cimetière de Bingley.

    L'ANALYSE DE SON ECRITURE

    L'écriture de Sutcliffe révèle une personnalité perturbée avec une tendance à la schizophrénie. Le sujet n'arrive pas à distinguer le bien du mal, ni à communiquer avec autrui. Il se sent traqué. Il lui est indispensable d'attirer l'attention. En outre, il présente un complexe de culpabilité évident.

    TUEUR HABILE OU SCHIZOPHRENIE PARANOIDE?

    L'avocat de la défense, soutient la thèse de la schizophrénie paranoïde. Il se basait sur les diagnostics de trois éminents experts psychiatres ayant examiné Sutcliffe. Le point révélateur, selon eux, était que l'accusé disait suivre, depuis l'âge de 20 ans, les instructions de Dieu. C'était en creusant une tombe, au cimetière de Bingley, qu'il avait entendu pour la première fois la voix de Dieu, sortant d'une tombe. Il lui avait été dit que sa mission sur terre était de nettoyer les rues des prostituées qui les souillaient. Dieu l'avait d'ailleurs longtemps aidé à échapper aux recherches de la police. Il reconnut qu'il était sur le point d'accomplir son œuvre divine sur Olivia Reivers, quand il avait été pris.

    Pour l'accusation Sutcliffe était un tueur habile et sans pitié, qui avait délibérément inventé cette histoire abracadabrante pour éviter d'être condamné. Un gardien de prison avait entendu Peter dire à sa femme qu'il espérait tromper les médecins sur son état de santé mentale. Il avait ajouté que s'il arrivait à convaincre les gens qu'il était malade il ne ferait que dix ans dans une «maison de fous».
    L'accusation ajoutait qu'il y avait des preuves de sadisme sexuel pour au moins six des agressions.

    Sur un point, les psychiatres étaient en accord avec l'accusation: tous trois déclarèrent que si l'explication par la schizophrénie était fausse, il fallait tenir Sutcliffe pour un sadique prenant plaisir à tuer les femmes, un assassin agissant de sang-froid.

    Peter fut déclaré coupable, le 22 mai, de treize meurtres et de sept agressions. Le juge prononça une sentence de prison à perpétuité, assortie d'une peine de sûreté de 30 ans. Il fut incarcéré au quartier de sécurité de la prison de Parkhurst, dans l'île de Wight.
    En janvier 1983, Peter est agressé par un autre détenu, on lui fit 84 point de suture. Dix mois après son visage porte encore de graves traces.
    En mars 1984, il est transféré au pavillon 1 de l'hôpital psychiatrique de Broadmoor dans le Berkshire. Son état mental s'est détérioré au point qu'il est souvent totalement incohérent.


    Paroles de Sutcliffe:

    1er meurtre: «J'ai pensé 'Mon Dieu! Qu'est-ce que j'ai fait?'... Je me suis vu dans de sales draps. Je me suis dit que ma seule chance, c'était qu'elle ne puisse plus jamais parler.

    «Je ressentais l'obligation intime de tuer une prostituée... Je savais que je ne désirais pas avoir de relation sexuelle avec elle, je voulais juste m'en débarrasser».

    «Les deux premières années furent les meilleures. Rien n'indiquait encore pourquoi j'avais été choisi».

    «Je lui ai dit que j'étais désolé. C'était la première fois que je m'excusais auprès de quelqu'un que j'avais tué». (A propos de la jeune étudiante de 16 ans)

    «Mon désir de tuer des prostituées devenait de plus en plus fort; il me dominait entièrement!»

    «Avant de le faire, je passais par des moments terribles. C'était vraiment une torture!»


    «Je me les rappelle toutes et je me dis que je suis une brute. Penser à elles me fait sentir quel monstre je suis».

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :