• Reconstitution de l'affaire varginha du 20 janvier 1996

    Reconstitution de l'affaire varginha du 20 janvier 1996
    <div-container></div-container> <div-container></div-container>
    Note du webmaster: cette reconstitution est basée essentiellement sur des témoignages. A l'heure actuelle aucune preuve matérielle de ces créatures inconnues ne peut confirmer les témoignages.

    Le 20 Janvier 1996 à 8 h, à Varginha, une ville de l'état de Minas Gerais (Brésil), les pompiers reçoivent un appel téléphonique : "Venez vite, venez vite ! Il y a un animal bizarre dans le jardin public." La voix, masculine, leur indique les fourrés du jardin Jardim Andere, un parc de la banlieue nord de la ville.
    Les pompiers arrivent à 10 h, et entament leurs recherches. Près de la partie boisée du parc, en bas d'une pente assez raide, ils découvrent une créature accroupie sur ses deux pattes, de 1 m de haut, les yeux rouge sang, la peau brune et huileuse. Elle porte 3 bosses sur le front, et on n'aperçoit à la place de la bouche qu'un tout petit orifice, d'où sort un étrange bourdonnement, semblable à celui d'un essaim d'abeilles.
    Tandis que les pompiers tentent de capturer la créature, qui semble blessée, leur chef téléphone à une base militaire voisine. Son commandant, le général Sergio Coelho Lima, ordonne aussitôt à ses troupes de boucler le plus rapidement possible les abords du parc. 4 pompiers parviennent finalement à prendre la créature dans leurs filets.
    A peine est-elle enfermée dans une caisse en bois qu'ils doivent la remettre aux militaires. Pompiers et hommes de troupes quittent ensuite les lieux très rapidement.
    A 15 h 30, Liliane Fatima Silva, 16 ans, sa soeur Valquiria, 14 ans, et leur amie Katia Andrade Xavier, 22 ans, rentrent de leur travail.
    En passant devant un immeuble de la rue Benevuto Bras Vieira qui borde le parc Jardim Andere, elles découvrent une créature étrange, accroupie. Son aspect terrifie tant les jeunes filles qu'elles poussent des cris de frayeur et s'enfuient à travers le parc pour se réfugier chez la mère des 2 soeurs. Ce n'était ni animal, ni humain, c'était une chose horrible dira Katia.
    Alertés par des habitants du quartier, les pompiers et les militaires arrivent sur place.
    La capture sera moins discrète que celle du matin : c'est sous les yeux d'une petite foule rassemblée dans la rue que la créature, qui semble elle aussi bien mal en point, sera encagée, puis disparaîtra dans un camion de l'armée.
    Sur la foi de plusieurs coups de téléphone, l'Ubirijara Franco Rodrigues s'empresse d'interviewer les 3 jeunes filles. Leur discours est sans ambiguïtés : elles sont persuadées d'avoir rencontré le diable en personne ; la "créature" portait 3 bosses sur le front et ressemblait à un démon.
    Le docteur John Mack s'est déplacé pour interviewer les 3 jeunes filles, et est convaincu qu'elles disent la vérité. Si je me trompe sur ce point, je déchire moi-même mes diplômes a-t-il déclaré.
    Par la suite un couple de fermiers, Augusta and Eurico Rodrigues déclarent avoir été reveillé par le bruit de leur troupeau et avoir vu par la fenêtre un ovni en forme de sous-marin, de la taille d'un mini-bus environ, qui tremblait comme un rideau et émettait de la fumée ou de la brume alors qu'il descendait à 5 m du sol
    L'évènement de Varginha est le cas de rencontre du 3ème type le plus important survenu au Brésil (un pays pourtant réputé pour ses nombreuses observations d'ovnis).
    Ce cas est extraordinaire à plus d'un titre, et d'une importance équivalente à celle de Roswell de part sa signification.

    Présentation du contexte :
    Varginha est une petite ville industrielle de 120.000 habitants à une centaine de kilomètres de Rio de Janero. A environ 0h10 du matin, le 20 janvier 1996, le NORAD (antenne du Nouveau Méxique) détecte sur ses radars un objet non identifié entrant dans l'atmosphère terrestre. La trajectoire est calculée par les ordinateurs, et des chasseurs de l' U.S.Air Force sont envoyés sur le secteur de Varginha.
    Le gouvernement Brésilien est alerté, et modifie les plans de mission des appareils en patrouille, pour les faire converger sur la destination de l'ovni. Le ciel est vite envahi de nombreux avions, et les bérets verts de la base de Panama sont mobilisés en urgence
    Au même moment, des centaines d'habitants de Varginha observent des ovnis en forme de cigare, dont l'un semble en difficulté (photos et films à l'appuie).
    A 3h00 du matin E.Freitas et sa femme sont réveillés par un énorme fracas en provenance de leur terrain voisin. Ils alertent la police militaire qui étrangement est déjà mobilisée. Les pompiers de Varginha se rendent sur les lieux, et sont surpris de voir arriver un convoi militaire du camp de l'E.S.A situé à 25 km de la ville. Ils décident de coopérer ensembles.
    Vers 10 heures du matin, ils réussisent à capturer la créature avec une sorte de colet au bout d'un baton, et la conduise vers le camp militaire de l'E.S.A qui voit son niveau de sécurité élevé au maximum. Ils délimiteront également une zone de sécurité autour de l'impact et chasseront un témoin qui se trouvait sur les lieux (un dératiseur qui sera rejoint deux heures plus tard dans un bar par deux "policiers" qui lui demandèrent fermement de se taire sur ce qu'il avait vu).
    Au même moment, les pompiers sont alertés qu'une étrange créature se trouve dans les rues de la ville (distante d'environ 2 km de l'impact).
    Les pompiers se rendent immédiatement sur les lieux et découvrent une population affolée.
    Trois jeunes filles (22, 16 et 14 ans) qui rentrent de l'école par un raccourci dans un jardin non cultivé, ont aperçu une créature blottie contre le mur d'une propriété. Après s'être enfuient prévenir leurs familles, elles décrivirent une forme humanoïde non animale comparable au diable. De nombreux témoins ont également vu la créature et des portraits très détaillés ont pu être réalisés (extrême laideur, environ 1 mètre, yeux rouge-sangs, bras fins et longs..).
    Les militaires de l'E.S.A sont à nouveau alertés et viennent chercher la créature qui n'oppose aucune résistance. Elle semble faible, malade et souffre d'une fracture à la jambe. On apprendra plus tard que la nuit même, une troisième entité est récupérée sur le bord d'une route.
    Cette fois-ci, ce sont trois camions de soldats bien équipés qui transportent la créature vers l'hôpital, où il règne déjà la plus totale confusion (militaires, pompiers et services secrets sont présents).
    A trois heures du matin, une colonne de camions part en convoi de l'hôpital vers l'université de l' UNICAMPI, qui possède deux laboratoires d'accès restreints. Les créatures seraient restées environ 48h dans l'hôpital, et l'une d'entre elle serait morte (on a vu un petit cerceuil évacué par une porte dérobée).
    Puis les militaires Nord Américains déplaceront de nouveau les corps pour une destination inconnue. Les restes du vaisseau seraient conservés dans une base militaire Américaine.

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique